Confiance en soi

Prenez le risque de briller!

17 mai 2018
Rédaction: Jannick Bouthillette

Le 10 mai dernier avait lieu notre conférence sur la prise de risques ou encore « Savoir prendre des risques en maîtrisant la peur de l’échec ». De cette énergisante soirée, qu’est-il ressorti? Principalement, que prendre un risque nécessite de sortir d’un rôle passif!

Tout d’un coup, il ne s’agit plus seulement de se faire dicter les tâches à accomplir, mais de devenir partie prenante du processus décisionnel.

Que vous décidiez d’aller à la rencontre de femmes qui changeront votre vision des choses, que vous deveniez entrepreneure, que vous rêviez de politique ou encore que vous acceptiez un poste hors de votre zone de confort ou d’expertise, l’inconnu sera toujours déstabilisant.

Au final, prendre un risque signifie que vous ignorez où l’aventure va vous mener. Vous devez nécessairement faire confiance à vos instincts, à votre capacité à rebondir. Vous devez surtout accepter que vous ne contrôlez pas la fin de l’histoire. Ça peut parfois être déroutant, mais c’est surtout un formidable apprentissage.

À lire aussi : Le doute et la prise de risques

Voici donc l’essence de la généreuse réflexion de nos trois mentores : Chloé FreslonChristine Poirier et Ève Laurier.

Préparez-vous et passez à l’action!

Tout au long de son parcours, Christine Poirier a eu une approche pragmatique face aux situations plus incertaines dans lesquelles elle s’est placée :

« Prendre un risque, c’est prendre une décision.  On doit peser le pour et le contre et se demander : “Quelle est la pire chose qui pourrait m’arriver si ça ne fonctionnait pas?” Si on est prêt à vivre avec le pire scénario, et que le jeu en vaut la chandelle, alors c’est go! » – Christine Poirier

Mais ne vivez pas avec la peur du pire scénario trop longtemps. Il suffit, bien souvent, de savoir que c’est le pire qui puisse arriver pour dédramatiser certaines situations. Ainsi, de constater que le plus grand risque est de se faire dire « non » suffit pour prendre conscience qu’on a plus à gagner d’oser que d’adopter le statu quo.

Bien entendu, nos décisions ne sont pas toutes couronnées de succès. Mais l’idée même du risque sous-entend qu’il n’y a pas toujours un résultat positif garanti. On peut alors avoir besoin d’un moment de recul pour assimiler nos apprentissages. On en ressort ensuite mieux outillés pour affronter le prochain défi.

Voilà exactement l’expérience, certes difficile, vécue par Chloé Freslon lorsqu’elle a tenté de lancer un podcast sur les femmes en tech. Le projet verra finalement le jour, mais non sans s’être fait refuser du financement à de très nombreuses reprises.

Se faire dire non une fois peut déjà être difficile, mais l’entendre des dizaines de fois, ça ébranle la confiance en notre projet… et parfois en nous-même.

Pourtant, Chloé continue de prendre des risques en relativisant certains demi-succès :

« La prise de risques est un muscle qui se travaille et s’entretient. La plus difficile est la première fois, après c’est terrain connu! » – Chloé Freslon

Faites-vous confiance!

Malheureusement, nous avons trop souvent tendance à croire davantage en nos patrons, nos collègues de travail, nos proches plutôt que de croire en nous-même. Le doute d’avoir toutes les ressources nécessaires, bien cachées au fond de nous, nous impose une prudence qu’il faut savoir ébranler.

Ève a vécu l’expérience très concrètement lorsque celle qui l’a recrutée croyait clairement plus que la principale intéressée en ses capacités. Si sa future patronne était prête à prendre le risque de l’engager malgré son inexpérience, Ève en est venue à la conclusion qu’elle devait bien avoir ce qu’il faut pour le poste.

« La prise de décision est parfois plus facile que l’on pense, c’est après que peut survenir la tempête de doutes! N’oubliez jamais que vous avez un talent, une arme secrète qui vous est propre, et que c’est sur celle-là qu’il vous faudra miser pour atteindre vos objectifs.

Il ne faut pas fuir la peur, mais il faut surtout avoir un plan! Si votre plan n’est pas écrit, il n’existe pas. Alors allez-y, rédigez et couchez sur papier vos idées, vos forces et les moyens que vous allez vous donner pour accomplir votre nouveau mandat, et ensuite, faites-vous confiance. » – Ève Laurier

Et faites confiance à ceux qui vous font confiance . Ils voient souvent en vous des talents, des forces que vous ne soupçonnez pas.

Alors n’hésitez pas à aller chercher dans le regard de ceux qui croient en vous – qu’il s’agisse de votre patron, vos amis, votre mentor – le courage dont vous avez besoin pour plonger!

Sachez vous féliciter

Trop souvent, nous oublions de reconnaître nous-même l’incroyable geste que nous avons posé. Sans considération du résultat positif ou négatif, le simple fait d’être passé à l’action mérite que vous preniez un moment bien conscient pour vous dire fière de vous-même. Ayez pour vous le regard bienveillant et les paroles encourageantes qu’aurait votre meilleure amie.

Et tout en soulignant dignement vos succès, n’oubliez pas que derrière ceux-ci, il y a de nombreuses tentatives, des apprentissages et tous vos demi-succès. Voilà ce qui rend vos réussites si brillantes et ce qui devrait être un levier décisif pour oser la prochaine fois!

Et rappelez-vous : la prise de risque vise à provoquer le changement, à déstabiliser le statu quo pour acquérir de nouvelles compétences. Mais surtout, prendre des risques vous permet de déployer l’étendue de vos talents. Être déstabilisée vous oblige à aller chercher le meilleur de vous-même.

Laissez-vous porter par les propos de Martha Graham : « Vous êtes unique dans le monde entier et votre expression vous appartient. Si vous lui bloquez la voie, elle n’existera jamais à travers qui que ce soit d’autre. »