Conciliation travail-famille

Cuistots et gourmands s’entraident!

12 août 2016

Photo : Madeleine Moisan

D’un côté, des professionnels à bout de souffle à la recherche de repas équilibrés. De l’autre, des passionnés de cuisine qui ont du temps (et des portions!) à partager. Une plateforme pour les rassembler : Cuisine voisine.

Des gens brillants, mais épuisés par leur train de vie et incapables de trouver le temps de cuisiner, Kathleen MacDonald en a rencontrés plus d’un au cours de sa carrière de conseillère en gestion de risque. « Ça m’a beaucoup touché, j’ai eu envie de les aider », raconte cette mère de trois enfants qui accorde une grande importance à l’entraide et au partage dans les communautés.

C’est dans cette optique qu’elle crée, à l’été 2015, l’entreprise Cuisine voisine. Ce site Internet permet à des citoyens « gourmands » d’acheter des plats cuisinés par leurs voisins « cuistots » . Un an après le lancement, la communauté regroupe plus de 1 000 membres aux profils hétéroclites majoritairement basés à Montréal, mais aussi à Québec et bientôt à Trois-Rivières.

L’utilisation de la plateforme est simple et gratuite. Une fois inscrits, les cuistots y créent des fiches descriptives avec photos pour chaque plat à vendre et fixent leurs prix. De leur côté, les gourmands y cherchent les offres à proximité de leur domicile en indiquant leur adresse. Les transactions sont effectuées directement en ligne, auxquelles s’ajoutent 15 % de frais de service.



Pour ceux qui s’inquiéteraient des règles d’hygiène, Kathleen assure que le risque d’intoxication alimentaire a été analysé en collaboration avec le MAPAQ. Bien que ce risque soit faible pour les aliments cuisinés à la maison, les utilisateurs sont toutefois encouragés à suivre des formations en hygiène et salubrité ainsi qu’à maintenir un esprit respectueux et courtois. De plus, après chaque transaction, les cuistots et les gourmands sont invités à évaluer leur expérience collaborative.

Stimuler l’effet de village

Derrière Cuisine voisine se camoufle un rêve de Kathleen : stimuler l’effet de village. Très impliquée dans la vie de quartier depuis des années, elle a souvent elle-même bénéficié de l’aide d’une voisine qui lui apportait de bons plats cuisinés maison. Ses expériences collaboratives l’ont convaincu de l’importance de l’appui du voisinage. « On travaille fort pour créer un impact positif dans les communautés, pour créer un réseau d’entraide », affirme l’entrepreneure. « Cuisine voisine invite à la découverte de son voisinage et des talents culinaires qui s’y cachent. »

Pour Marie-Michelle Bellon, médecin et mère de deux jeunes enfants, cette plateforme permet effectivement de conjuguer plus facilement travail et vie personnelle . « Les offres sont plutôt abordables et variées sur le site », mentionne celle qui privilégie les plats biologiques et nutritifs. Elle y achète entre autres des acras de morue et des pilons de poulet.

Et, toujours dans le but d’encourager l’exploration et les interactions, Cuisine voisine n’offre pas d’option de livraison. Les gourmands sont donc invités à sonner à la porte de leur cuistot pour récupérer leur plat, et faire connaissance!

Faire grandir la communauté

Afin d’optimiser la collaboration entre cuistots et gourmands, des ambassadeurs se joignent peu à peu à l’équipe. Répartis à Montréal, à Québec et plus récemment à Trois-Rivières, ces derniers ont pour mission de faire grandir la communauté et de faciliter les interactions entre les membres.

Isabelle Magny est la nouvelle recrue à Trois-Rivières. Après 14 ans de loyaux services chez Desjardins, elle a décidé de se consacrer au déploiement de Cuisine voisine en Mauricie. « Ce concept rejoint mes valeurs de partage, d’échange local et de valorisation des personnes », explique la détentrice d’une maîtrise en gestion des PME. L’épicurienne prépare entre autres un lancement officiel en septembre 2016 à Trois-Rivières.

Bien que Cuisine voisine ne soit pas le seul site Internet à proposer ce concept, Kathleen entrevoit un bel avenir pour son entreprise. « Notre communauté croît de façon constante, nous sommes très heureux de son évolution », se réjouit celle qui ne vise rien de moins qu’une croissance nationale et même internationale dans les prochaines années. « Nous continuerons à travailler pour créer un monde meilleur un voisinage à la fois, une portion à la fois! »