Coaching

Comment oser votre ambition?

27 septembre 2016
Rédaction: Sophie Audet

« La folie est de se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent. »

Cette citation d’Albert Einstein invite les femmes professionnelles qui veulent abattre le plafond de verre auquel elles sont confrontées à utiliser tous les outils à leur disposition pour se développer, sortir de leur zone de confort et faire les choses différemment.

En effet, c’est en investissant en elles-mêmes, en s’appuyant sur leurs atouts et leurs forces de même qu’en faisant preuve d’audace et d’innovation qu’elles pourront être le changement qu’elles souhaitent et devenir de nouveaux modèles de leaders inspirants.

Mais par où commencer? Voici quelques pistes.

Légitimer l’ambition

Qu’est-ce que l’ambition? Le Larousse la définit comme « un désir ardent de posséder quelque chose ou de parvenir à [faire] quelque chose ».

Dans le contexte de la carrière, ce désir se traduit généralement par la volonté d’avoir un impact, de laisser sa trace. Ainsi, l’ambition est l’étincelle qui donne l’élan nécessaire pour créer, inspirer, aider, innover, servir et se réaliser . Elle est donc une expression du besoin de réalisation de soi et un outil indispensable au développement de notre société.

Malheureusement, on associe trop souvent l’ambition à la recherche effrénée de pouvoir, à la tricherie et à la tromperie. Cette perception freine beaucoup de femmes professionnelles qui ne souhaitent pas s’y identifier.

Or, on peut tout à fait être franc, authentique, respectueux des autres, direct et honnête tout en assumant notre ambition. Exercer notre influence en respectant certaines valeurs comme l’éthique, l’intégrité, le respect et la collégialité ne sont pas des approches irréconciliables, bien au contraire!

Prendre conscience que l’ambition est l’expression d’un besoin humain, d’un outil indispensable à notre société et qu’elle peut être assumée dans le respect de certaines valeurs personnelles permet aux femmes professionnelles de la rendre légitime. Ceci les encourage à se donner le droit d’être ambitieuses et de vouloir laisser leur marque.

Identifier un projet mobilisateur pour catalyser son ambition

Parfois, cette volonté de vouloir laisser sa trace, d’avoir un impact demeure un rêve et ne se traduit pas en action. Ce qui manque : matérialiser notre intention sous la forme d’un projet mobilisateur pour catalyser notre ambition.

Comment choisir ce projet? Trouver un projet se situant à l’intersection de nos passions et de nos forces tout en donnant du sens à notre travail nourrira notre énergie et nous permettra de nous mettre en action.

Voulons-nous exercer un rôle de gestion auprès d’une équipe? Si oui, quelle différence voulons-nous apporter dans l’exercice de notre leadership? Voulons-nous créer un impact positif par notre travail auprès de nos clients et de nos collègues? Si oui, comment souhaitons-nous nous y prendre? Voulons-nous contribuer à une cause qui nous tient à cœur? Partager nos connaissances en enseignant? Redonner à la communauté?

Voulons-nous suivre les conseils d’Arianna Huffington et favoriser la « troisième dimension du succès »? Dans son livre Thrive, documenté par une panoplie d’études scientifiques, la fondatrice du Huffington Post a élaboré cette nouvelle définition du succès. Alors que le succès est traditionnellement associé au pouvoir et à l’argent, la troisième dimension est davantage axée sur le bien-être, la sagesse, la passion et le plaisir de donner et de contribuer. Elle affirme qu’il s’agit là d’un des piliers de la prochaine révolution féministe.

La réponse à ces questions est entièrement subjective. Elle doit être puisée au plus profond de nous-mêmes, à l’aide de nos valeurs, de nos forces et de nos passions.

Abattre le mythe de la méritocratie*

Un mythe important fait obstacle à l’ambition des femmes qui travaillent au sein de grandes organisations. Il s’agit de la méritocratie. Cet idéal entretient la croyance d’une société tout à fait rationnelle où les récompenses sont exclusivement accordées en fonction du mérite objectif de la tâche, ceci sans aucune autre considération.

Relisez notre article : « J’ai le salaire que je mérite »

Ainsi, grand nombre de femmes croient qu’un travail de qualité a le pouvoir magique de devenir visible et qu’une performance brillante, celui d’entraîner l’adhésion. Elles mettent alors tous leurs talents à produire leur travail sans se soucier de les rendre visibles ou de les « vendre » aux autres. « Si je travaille fort et que je suis compétente, le reste va suivre », les entend-on souvent dire. Or, leurs efforts restent souvent stériles et sans impact sur les événements.

Pour avoir de l’impact auprès d’une entreprise ou de toute autre forme d’organisation, il ne suffit pas d’effectuer nos tâches avec application. Il faut que la qualité de notre travail soit visible et qu’elle recueille l’appui et l’engagement des décideurs pertinents. Comment y parvenir? En se faisant connaître, en se faisant des alliés, en argumentant, en sachant convaincre et en suscitant l’engagement en vue du résultat que nous espérons. Bref : en faisant appel à nos habiletés politiques.

On comprend ici que les habiletés politiques sont non seulement utiles mais indispensables pour progresser dans une carrière . En effet, même si les décideurs favorisent généralement de promouvoir un professionnel en fonction de sa compétence, une condition préalable est nécessaire pour que cela puisse se produire : il faut que cette compétence soit visible, qu’elle soit reconnue et qu’elle soit associée à la bonne personne. Or, dans le bouillonnement dans lequel nos organisations évoluent, un tel résultat ne peut être accompli sans que la personne concernée ait fait reconnaître le mérite de son travail, de ses idées et de ses réalisations. C’est ainsi qu’elle sera reconnue comme compétente, qu’elle aura accès à des mandats de plus en plus complexes et intéressants et qu’elle pourra être promue.

Pour avoir un impact et progresser dans une organisation, nous devons embrasser le fait que le monde du travail est différent du milieu pédagogique où il nous suffisait d’étudier et de réussir des examens. Nous avons la responsabilité de rendre nos bons coups visibles et de partager nos objectifs de carrière avec les décideurs pertinents. C’est de cette façon que nous nous donnerons la possibilité d’évoluer dans une organisation et de maximiser notre potentiel.

Développer son leadership personnel

On ne naît pas leader . Cette aptitude à influencer les autres dans la réalisation et la réussite de projets partagés est un art qui se développe. Pour assumer son ambition avec aisance et fluidité, il est indispensable de développer son leadership personnel.

Cette démarche implique d’apprendre à mieux se connaître, à développer son intelligence émotionnelle, à communiquer efficacement et à gérer les conflits. En outre, elle permet de développer ses habiletés politiques, d’améliorer sa gestion du temps et de développer sa capacité à avoir une vision et à influencer les autres à la suivre. Enfin, elle a pour effet d’augmenter la confiance en soi et la capacité à prendre des risques et à assumer des décisions.

Les femmes professionnelles ont certains atouts en matière de leadership, notamment quant à leur intelligence émotionnelle et à la gestion des relations. Il n’en tient qu’à elles d’utiliser toutes les ressources et les outils à leur disposition pour investir en elles-mêmes afin d’en tirer pleinement profit.

C’est ainsi qu’elles donneront envie aux autres de marcher dans leur sillon.


* Ce titre est inspiré de l’article « Les habiletés politiques : sans elles, point de salut! », de Francine Giasson, professeure à l’École des Hautes Études Commerciales de Montréal, publié en novembre 1992 dans la revue Gestion.